Capotes·La fin d'un Mythe

La fin d’un Mythe Episode 2

« Je rentre de la plage, je ne serai jamais en ville à l’heure, si tu veux on boit l’apéro chez moi et on se commande un plateau de sushis.

Ok ,file sous la douche, je m’occupe de m’arrêter acheter l’apéro.

Ca marche, à toute. »

Quelques semaines déjà que j’avais rencontré H.à une soirée d’anniversaire imprévue. Pas mal d’échanges par textos, quelques appels, des emplois du temps qui ne concordent pas (planning de garde de mon fils vs planning de garde de pompier) mais nous réussissons à convenir d’une date.

2. Abdos et Tatouage

Donc, samedi soir, après une journée sur la plage avec des amis, j’avais prévu de passer la soirée avec H.

Aux alentours de 20h, H. débarque chez moi, grand, brun aux yeux bleus, le teint hâlé, carrément sexy.

La soirée se passe tranquillement, nous discutons assis dans mon canapé.J’ai de nouveau droit aux histoires de feux de forêt, accident de la route…

H. me raconte ses histoires en remplissant continuellement mon verre et en se rapprochant progressivement de moi. Bien entendu  le verre a finit par être vide , H. très proche de moi et la température de plus en plus élevée.

Après quelques préliminaires sur mon canapé, je propose à H. de me suivre dans ma chambre. Il se lève, je le regarde plus en détails, il ressemble à une pub Calvin Klein.

o-CALVIN-KLEIN-570

Je passe  récupérer une bouteille d’eau au frigo.

Je me retourne, H. est derrière moi, prends la bouteille de mes mains, la fait glisser dans mon dos et m’embrasse sauvagement  en faisant glisser ma robe à mes pieds.

Une des ses mains se pose sur mes fesses, l’autre attrape mes cheveux pour mieux me jeter la tête en arrière et me glisser à l’oreille « tu me montres où est ta chambre »?

Je m’exécute sans dire un mot. La suite fût plutôt pas mal, jusqu’au moment où, en pleine levrette, je leva les yeux vers le miroir à côté de mon lit et vit H. en train d’admirer mon cul (normal jusqu’à présent) puis ses abdos et ses biceps.

Fou rire immédiat , impossible de m’arrêter. H.par contre lui s’arrête et me demande ce qu’il se passe. Je prétexte être très chatouilleuse et lui demande de ne pas me tenir les hanches aussi fortement.

Nous reprenons mais j’avoue que pour moi tout est retombé et difficile de repartir.

Quelques minutes plus tard, H est allongé sur le dos à côté de moi, il me montre ses abdos et me dit « tu ne trouves pas que j’ai un peu de gras ? »

What’s wrong with you H. ?

Déjà agacée par le coup de miroir , je trouve que c’est le coup d’égo de trop. Je répond « oui un peu , tu devrais ralentir les sucres. »

H. remet son caleçon, part au salon se servir un verre d’eau fraîche, je le suit, m’assois dans le canapé et  m’allume une clope.

H. s’assoit à côté de moi, me tend un verre d’eau.

Mes yeux s’arrêtent sur son avant bras (H a le bras complètement tatoué) . L’intérieur de son avant bras représente une partie  de la Création d’Adam de Michel-Ange (une des fresques ornant le plafond de la chapelle Sixtine).

« -C’est mon tatouage que tu regardes ?  

-Oui je trouve que les détails sont sublimes.

-Je vais te dire un truc.

-Oui ?

– Ce sont des statues qui sont en Italie.

-A Rome oui.

-Tu connais ?

– Quoi le Vatican ? 

– Mais non les statues de mon tatouage, un jour j’irai la-bas les voir. »

J’aurai tellement voulu lui expliquer que non ce n’était pas des statues mais un putain de plafond. Mais bon si le tatoueur ne l’a pas fait, à quoi bon.

Face à tant d’ignorance, j’ai préféré me taire.

J’ai réalisé qu’il était temps pour H. de rentrer chez lui et admirer ses tatouages dans son miroir.

J’ai écourté la discussion, dit à H. que je me sentais fatiguée, sûrement un mélange de ma journée à la plage en plein soleil et de ma soirée avec lui…

Il se rhabille, je le raccompagne, file sous la douche, envoi un texto à V. pour lui raconter l’anecdote de la chapelle Sixtine  et me glisse dans mon lit.

La sonnerie de mon téléphone me réveillera le lendemain. Un coup d’œil sur l’écran, ma copine avec qui j’étais à la plage la veille.

« Je te réveille ? 

– Oui.

-Je fais vite, tu vois qui c’est  T. le grand blond qui était à la plage avec nous hier, le pote de mon cousin ?

-Oui je vois qui c’est, je te rappel qu’on était 6 hier à la plage.

-T’es vraiment désagréable.

-Abrège stp.

-Donc mon cousin vient de me tél, T.veut ton numéro, il a craqué sur toi. 

-Envoi moi le sien, je me débrouille,

-Tu vas voir il est trop sympa, c’est un ami de longue date à mon cousin, il…

-Ok merci ma poupette, je gère maintenant, je vais te laisser , je vais me rendormir une heure ou deux et je te rappelle après.

-Ca marche, je t’envoi ça, et tu sais il m’a toujours fait craquer T. Bon après tu connais mon faible pour les pompiers.

-Quoi ?

-Mais il te l’a pas dit, en plus il est modeste, mais T . est pompier… »

Publicités

4 réflexions au sujet de « La fin d’un Mythe Episode 2 »

  1. Ahaha les pompiers…
    Ca m’rappelle une fois où j’ai atteri dans un bar infesté de pompiers à cause de l’anniversaire de l’un d’entre eux. Les mecs, biceps saillants, abordaient toutes les nanas présentes en répétant »On est des pompieg’ on est des pompieg' » avec l’accent du sud et tout

    SERIEUSEMENT LES MECS!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s